Les films qui m’ont… [1*]

Fait pleurer comme une madeleine, partie 2

Voici (enfin!) la suite du premier épisode de Les films qui m’ont, sur les films qui m’ont fait pleurer comme une madeleine devant mon ordinateur ! 


Le Majordome, de Lee Daniels

3229767037_1_2_a38ht48c

Ce film de 2013 retrace la vie de Cecil Gaines, un afro-américain qui aspire à une vie meilleure. Sur fond de lutte pour les droits des afro-américains aux Etats-Unis, Cecil évolue jusqu’au poste de majordome de la Maison Blanche, pendant plus de 30 ans. On suit également l’histoire de sa famille, dont celle de ses deux enfants. Ce film, historique, est inspiré de faits réels et dénonce le racisme ayant cours au XXème siècle aux USA.

Ce film montre un homme, touchant de simplicité, d’authenticité, et d’honnêteté, se démener pour essayer de donner à sa famille une vie meilleure. Certaines scènes de racisme m’ont vraiment touchées en plein cœur et m’ont donné envie de gifler les gens qui font souffrir Cecil et sa famille. Ce film m’a réellement touché de par son aspect humain, je vous le conseille si vous aimez ce genre.


La ligne verte, de Frank Darabont

74tjsan

Ce film de 1999 possède un scénario assez compliqué. On suit l’histoire de Paul Edgecombe, gardien de prison, et de John Coffey, accusé à tort d’un viol et d’un meurtre. On suit également l’histoire des autres prisonniers et des autres gardiens. Tous ces prisonniers sont condamnés à mort, ainsi on suit leur quotidien, et on apprend leur histoire. On découvre également que John Coffey est spécial, et plus humain que beaucoup d’entre nous.

Ce film est l’un des plus beaux que je n’ai jamais vu. Il m’a ému aux larmes plusieurs fois, avant que je ne puisse pu me retenir. Ce film est touchant et criant de vérité, il montre qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture, mais aussi que «l’homme est un loup pour l’homme», comme le disait Plaute.


Edward aux mains d’argent, de Tim Burton

tumblr_mbhp6rtnk01refqcoo1_500

Il s’agit de l’histoire de Edward, un jeune garçon créé par un inventeur, mais possédant des lames à la place des mains car son créateur est mort avant de le finir. Il est alors découvert par Peg Boggs, qui décide de l’accueillir chez elle. Du fait de son de son originalité, il est tantôt accueillis, tantôt repoussé. Amoureux de la fille de Peg, Kim, cela commence à lui causer des problèmes quand l’ancien petit-ami de celle-ci décide de le faire passer pour un monstre, malgré le fait qu’il soit innocent.

Ce film de 1990 est un classique de Burton, dont je suis une grande fan. De plus, c’est le premier de Johnny Depp (je l’aime, je l’aime, je l’aime !) avec le réalisateur. Ce film critique la société lisse de l’Amérique des années 60, confrontant fantastique et conformisme. Pour moi c’est un chef d’oeuvre.


Braveheart, de Mel Gibson

rpfvbvd8n3mx

William Wallace est un écossais, qui décide de mener une rébellion à la suite de la mort de son père, son frère et, des années plus tard, de son épouse, tous les trois morts de la main des Anglais. Cette révolte, au départ local, gagne finalement une bonne partie de l’Ecosse et entre dans l’histoire. Tirée d’une histoire vraie, cette histoire raconte les prémices de la guerre d’indépendance de l’Ecosse, et la vie romancée d’un personnage histoire : William Wallace.

Je ne veux vous dévoiler aucun aspect du film pour vous laisser la surprise totale. Mais ce film est beau, une perle, qui vous fait rire et pleurer, et vous donne envie de vous battre aux côtés de ces valeureux hommes (FREEEEEDOM !).


Ghost, de Jerry Zucker

tumblr_llh0crahl21qflan8o1_500

Amoureux et heureux, Sam et Molly emménagent à New-York et file l’amour parfait… jusqu’au jour où Sam se fait tué dans une ruelle, sous les yeux de Molly. Il devient alors un fantôme, coincé sur Terre, et ne peut communiquer avec Molly qu’au travers d’une fausse voyante, Oda. Il cherche, grâce à elle, à trouver son meurtrier, tout en communiquant avec l’amour de sa vie.

C’est un grand classique du genre, drôle et émouvant en même temps. Même si ce n’est pas l’un de mes préférés, je pense qu’il faut le voir au moins une fois (surtout la scène de poterie, hum hum !).

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s